“Nos hôtes ont généreusement partagé avec nous leur culture, leurs us et coutumes, leurs maisons et leurs familles, ils ont été si chaleureux, accueillants et impliqués que malgré les barrières linguistiques, nous nous sommes sentis proches d’eux. Nous en sommes très reconnaissants.”
– Un ambassadeur de Minnesota-Twin Cities suite à un séjour à Alajuela, Costa Rica.

Parmi les meilleures histoires de nos membres Friendship Force dans le monde, les plus captivantes sont celles d’ambassadeurs et d’hôtes qui se sont liés d’amitié, et se sont trouvé des points communs bien qu’ils ne parlaient pas la même langue. Récemment, un ambassadeur de l’Etat de Virginie, USA,rapportait de son séjour en Thaïlande :

“J’ai adoré la famille chez laquelle j’ai séjourné, et bien que l’endroit était quelque peu isolé, c’était splendide. Les hôtes étaient sympathiques, généreux, malgré des problèmes de langue, nous avons ri, joué à des jeux, et chacun a appris de nouveaux mots et de nouvelles coutumes.”

J’ai moi-même vécu ma première expérience de séjour en famille locale chez des membres qui ne parlaient pas ma langue maternelle, l’anglais, lors de ma seconde visite au Pérou. A travers des gestes, leur anglais basic et mon espagnol encore plus sommaire, nous avons trouvé une façon simple de communiquer. Lorsque nous avons enfin sorti nos tablettes pour utiliser un outil de traduction, nous nous sommes rendus compte que la barrière de la langue ne serait pas un obstacle à notre amitié naissante.
Les conversations qui suivirent se sont déroulées à l’aide de mots choisis avec soin, de gestes et de mimiques, illustrant nos histoires. Un laps de temps très court, nous a suffit pour apprendre à nous connaitre, nos familles respectives ainsi que notre intérêt commun pour Friendship Force.

D’autres membres ont, eux-aussi, reconnu que la barrière de la langue n’était qu’un inconvénient mineur par rapport au privilège de forger une nouvelle amitié :

Bien que nous ne parlons pas espagnol, la langue n’était pas un obstacle. Nos hôtes et surtout leurs enfants avaient des connaissances en anglais” indiquent deux membres de la région de Calgary au Canada. “Nous étions dans une région du Mexique ou les touristes ne se rendent pas, si ce n’est par l’intermédiaire de Friendship Force. Notre expérience a largement dépassé nos attentes.”

Dans un monde criblé par les divisions, nous ne pouvons pas laisser une chose aussi simple et fondamentale que le langage nous empêcher d’établir plus de liens. Grâce aux miracles des nouvelles technologies et plus de 40 ans d’accueils et de voyages, il n’y a aucune raison de craindre la rencontre de nouvelles personnes qui parlent une autre langue que la notre. Nous devrions même nous réjouir à cette idée !

Certains ont trouvé des moyens incroyablement inventifs de communiquer, se découvrant un point commun inattendu, comme l’explique un ambassadeur de San Diego, USA, en visite au Brésil :

“Le point fort de mon voyage a été de communiquer avec un membre qui ne parlait pas anglais, alors que que je ne parlais pas le portugais. Nous avons alors communiqué en japonais, la langue de nos ancêtres”.

Lorsque vous organiserez votre prochain voyage, prenez un moment pour vous préparer à une expérience qui ira au-delà des mots et qui pourrait bien changer votre vie. Pouvoir entrer dans la vie d’une famille locale est une expérience formidable, comme nous le confie un ambassadeur Australien en séjour au Japon:

“J’ai moi-même pu apprendre quelques mots de leur langue et avoir des conversations, tout en leur permettant de pratiquer leur anglais. Nous avons discuté de nos vies respectives et je me sens privilégié d’avoir vécu ces moments uniques. Je vais rester en contact et continuer à développer des liens d’amitié avec certaines des personnes rencontrées au cours de ce voyage.”

Amicalement,
Jeremi